MonWHO 2017- Le Botswana

Je me suis inscrite à la simulation sans trop savoir à quoi m’attendre, me disant que ce serait une belle expérience en santé mondiale, un sujet qui me tient à coeur.

J’ai été agréablement surprise. Ce fût une fin de semaine haute en couleur et surtout pleine de défis.

Le premier ? Devenir la déléguée du Botswana, c’est à dire assimiler les valeurs du pays et comprendre sa vision du monde pour être la plus fidèle à ses idéaux et pouvoir le défendre en débat.C’est asssez difficile, plusieurs d’entres nous  ne connaissant pratiquement pas le pays en question, et qu’il faut tout bâtir à zéro. Par contre, c’est dans cela que réside la beauté de l’expérience: partir à la découverte de l’autre et puiser dans cette nouvelle source de savoir pour se remettre en question et avancer.

Le deuxième ? Développer ses qualités de négociations et bien organiser son jeu politique. J’ai beaucoup aimé travailler sur un working paper (proposition sur un meilleur accès au test du VIH) avec mes collègues du Mozambique et de la Côte d’Ivoire. Il fallait créer des alliances avec des ONG tel La Croix Rouge et avec des pays plus développés , pour avoir les appuis nécessaires lors de la grande plénière.

Finalement, le thème sur la santé sexuelle était très pertinent, surtout de nos jours, où les partis populistes de droite on de plus en plus la cote.
On réalise très vite que ce sujet reste très polarisant mondialement et tabou dans certaines régions du monde.
En 2017, l’homosexualité est encore  interdite au Botswana.
Cela m’a rappelé qu’en tant qu’étudiante en santé, il est primordiale de comprendre que la bataille n’est pas gagné quant à l’accès à la contraception et à la protection des femmes et des minorités vis à vis la violence sexuelle.

Je vous recommande donc fortement cette belle activité.

Je termine sur cette citation que la Dre Nikita Pai, épidémiologiste de l’université McGill, a présenté lors de sa conférence sur son projet de dépistage technologique du VIH :
« When you have come to the edge of all the light you have and step into the darkness of the unknown.
Believe that one of the two will happen to you:
Either you’ll find something solid to stand on
Or
you’ll be taught how to fly!  »

Margo Abi-Hanna

 

image