Bilan du GA

Après deux trajets en bus et deux vols, je suis finalement rentré chez moi. Le lit, la douche, les bonnes bouffes maison, ça m’a manqué un peu.

Mais les nouvelles connaissances et amitiés forgées pendant le GA commencent déjà à me manquer.

Si vous vous souvenez bien, voici mes objectifs pré-départ:

  • Présenter Bonbons Bons Dons pendant le Activities Fair et Rex Crossley Award
  • Se renseigner sur les thèmes principaux en santé publique
  • S’inspirer des idées d’ailleurs
  • Développer un réseau de contacts à l’étranger

Présenter Bonbons Bons Dons pendant le Activities Fair et Rex Crossley Award

Aline et moi avons eu beaucoup de succès pendant les heures dévouées à la présentation du projet sur le don d’organe, nommée Bonbons Bons Dons. Le don d’organes est un thème important au Québec et il y a actuellement une pénurie de donneurs depuis plusieurs années. Bonbons Bons Dons, c’est descendre dans les rues sombres pendant la soirée d’Halloween et parler à la population au sujet du don d’organes avec un déguisement de zombies. Ce projet a beaucoup d’ampleurs sur les six campus au Québec et est une source d’inspiration pour les étudiants d’ailleurs, qui posent beaucoup de questions pendant notre présentation sur la logistique et ont demandé nos contacts. Au retour, nous n’avons plus d’autocollants de consentement, plus de rubans verts, mais de la joie dans nos coeurs sachant que d’autres pays dans le monde pourraient éventuellement promouvoir le don d’organes dans leur communauté respective. Pour terminer le tout, nous avons gagné la seconde place pour notre présentation pendant Activities Fair. Je suis très fier que ce prix revienne à la délégation québécoise, qui a travaillé très fort avant, pendant et après.

Se renseigner sur les thèmes principaux en santé publique

Maladies non-transmissibles, maladies infectieuses, vaccin, don d’organes, tabagisme et santé mentale, voici les sujets dans lesquels la communauté étudiante internationale suggère de s’investir. À travers les ateliers, les débats (comiques), les présentations et les séances de brainstorming, j’ai une meilleure idée des problématiques, des enjeux, des interventions possibles et des défis. Je prévois me concentrer notamment sur le don d’organes, le tabagisme et la santé mentale à mon retour à Montréal, afin de rejoindre nos efforts à ceux des milliers d’autres étudiants acharnés dans le monde.

S’inspirer des idées d’ailleurs

J’ai échangé avec une foule de gens pendant le GA, afin de savoir 1) qu’est-ce qu’ils ont fait concernant le thème de XYZ et 2) qu’est-ce qu’ils prévoient faire. J’ai ramené un projet concret de formation en santé mentale, ainsi que des pistes possibles pour le don d’organes et la lutte contre le tabagisme. Ceci est peut-être le fruit le plus important, car ainsi on développe des liens étroits avec d’autres étudiants qui travaillent sur les problématiques que nous. Ça nous motive, ça nous rassemble, ça nous inspire et ça nous pousse à agir. Je n’hésiterai pas, par exemple, à échanger sur Skype avec un ami de la Jordanie qui travaille aussi dans la lutte contre le tabagisme. C’est magique comment le monde devient petit, mais les possibilités deviennent infinies.

Développer un réseau de contacts à l’étranger

Ceci va de soi. J’ai maintenant une trentaine de courriels dans ma liste de contacts de plus après le GA. Ce sont des gens qui t’ont faire rire, sourire, réfléchir, questioner, remettre en question et agir. J’espère les revoir un jour, mais je suis optimiste quant aux liens qui nous unissent.

Pour citer ma collègue et amie Camille:

« On ne revient jamais vraiment d’un GA ».