Project Fair… et réflexion sur IFMSA et sa mission

Se promener au milieu d’une foire aux projets IFMSA, c’est… inspirant.  À gauche, à droite, en bas, en haut, derrière, devant, … tous des projets les plus développés les uns que les autres et qui n’attendent qu’à se faire connaître… C’est quand même passionnant de voir à quel point chaque organisation membre d’IFMSA-Québec se donne pour développer des nouveaux projets innovateurs et motivants chaque année. Vous devriez vivre l’événement une bonne fois, ça vaut le coup.  Tu ressors de là la tête pleine à craquer et tu n’as qu’une seule envie : t’asseoir avec tous ces gens et leur demander comment ils ont démarré leurs projets respectifs et t’imaginer comment tu pourrais les rendre réalisables au Québec.

Maintenant j’y vais avec mes coups de coeur : Le trophée “Mathieu Hains” du Project Fair revient à une équipe du Danemark et à son projet en Tanzanie.  Bêtement, le nom exact du projet m’échappe au moment où j’écris ces lignes, mais peu importe. Il s’agissait d’un projet de développement durable instauré en Tanzanie depuis 3 ans. L’essentiel du projet s’est déroulé en 4 semaines au cours desquelles les étudiants en médecine danois sont allés en Tanzanie et ont aidé une communauté locale à devenir totalement indépendante au niveau agro-alimentaire et à instaurer une clinique de santé permanente. Les étudiants danois sont aujourd’hui de retour dans leur pays nordique, mais continuent d’offrir de l’aide et du support aux Tanzaniens, et bientôt ces derniers voleront de leurs propres ailes et n’auront plus besoin de l’aide du Nord.

C’est là selon moi une mission sous-entendue d’IFMSA-Monde que l’on a tendance à oublier. Bien des projets existent dans les projets développés, mais beaucoup moins dans les pays où le besoin est beaucoup plus important. Je pense que les NMOs forts oublient parfois cette composante et ont tendance à s’entraider entre eux, alors que d’autres NMOs auraient besoin de leur aide. Pensons aux régions comme l’Inde, l’Afrique, l’Indonésie… tous des NMOs pour la plupart en manque de financement et en manque de ressources pour pouvoir bien répondre aux besoins de la population. Je pense que tout le monde gagnerait à mieux supporter ces NMOs. Selon moi,  IFMSA-Québec et les autres organisations fortes d’IFMSA devraient investir dans davantage de projets humanitaires de la sorte. L’effet du plus grand bonheur au plus grand nombre serait alors quintuplé.

Nous sommes donc à même de dire qu’un système de parrainage devrait exister. J’y verrais là une occasion pour les NMOs forts de prendre sous leur tutelle un plus faible NMO et de l’aider à progresser et à se doter des outils nécessaires pour prospérer. Au fond, c’est la même chose que l’aide Nord-Sud au niveau économique : le Nord jouirait de bien meilleures conditions de partenariat si le  Sud était à même de performer au niveau économique. C’est la même chose au niveau d’IFMSA… On gagne tous à apprendre des autres.

Mais ceci est une longue discussion. Nous y reviendrons une autre fois. J’espère encore qu’un jour, les “puissances” d’IFMSA se rendront compte qu’un travail est à faire avec les NMOs un peu moins bien développés…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *