8h de sommeil les 4 premiers jours

J’arrive à Trujillo pour le Pre-RM (Pre-Regional Meeting) affaibli par le manque de sommeil (je n’arrive pas à dormir en position assise dans un avion), mais tout de suite je dois embarquer dans le rythme de vie abracadabrant d’une rencontre régionale! C’est un programme très chargé, très complet avec tout plein d’activités, mais ceux qui ont fait l’horaire ont oublié de tenir en compte d’une activité très importante: le sommeil! Je me réveille à 7:30 et j’ai une heure pour faire ma toilette et déjeuner. Ensuite, je dois être en session dès 8:30 sinon il y a une punition (souvent du lipsync ou une danse sur une chanson hispanophone). La session dure toute la journée avec une petite pause d’une heure pour manger à midi. Durant les sessions, SCORA dans mon cas, il y a de nombreuses activités interactives sur l’avortement, des discussions passionnées sur l’attribution du dernier avortement sécuritaire dans une réalité fictive face à des cas plus difficiles les uns par rapport aux autres. La session finit vers 20h ou 21h du soir. Nous avons une demi-heure pour souper et ensuite retour à l’hôtel pour nous préparer pour l’activité sociale qui débute à 21h et finit vers 3h. Ce train de vie des plus dingues était sur bis jusqu’à la fin du RM à Lima, c’est-à-dire pendant une dizaines de journées. J’ai manqué l’activité sociale deux fois pour me reposer, mais j’étais néanmoins sous l’effet de l’adrénaline pour me garder éveillé et fonctionnel. La fatigue était terrible par moments, mais les conversations et les rencontres si enrichissantes m’aidaient à tenir le coup.

La transition vers le RM m’a laissé une demi-journée de libre pour visiter un peu Trujillo et Lima. Chan Chan, Huanchaco et Larcomar sont définitivement des incontournables. La soirée du mardi commence avec la cérémonie d’ouverture du RM. C’est l’occasion de se réunir avec les autres délégués de notre délégation pour porter fièrement les couleur de notre pays. C’était une belle soirée dans un restaurant occupé uniquement par les quelques 200 étudiants en médecine que nous étions. Au menu, des spectacles et la danse! Le lendemain, de retour au travail de 8:30 à 20h. Des thèmes de santé reproductive comme la violence obstétrique, la prophylaxie pré-exposition (PrEP), les conséquences de l’élection de Trump à la tête de la plus grande puissance mondiale sur les enjeux de santé sexuelle sont tour à tour abordés, discutés et débattus. Nous sommes invités à trouver des solutions aux problématiques, à faire beaucoup de remue-méninges et à les exprimer sous forme de flipchart. Ceux qui ont participé au Pré-RM ont eu l’occasion d’animer une séance sur l’avortement. Les jours se sont enchaînés extrêmement rapidement et j’ai tissé des liens solides avec de nombreux étudiants en l’espace de quelques jours qui semblaient être quelques semaines. Nous avons également des sessions conjoints avec d’autres comités et des trainings sur des thèmes comme la gestion de ressources humaines ou le financement, ce qui nous permettait de varier et de rencontrer d’autres étudiants. Nous avons eu une simulation de plénières qui s’est étirée sur deux jours ou nous avons fait passé des by-laws, des lignes de conduite, et voté pour l’hôte du prochain RM, le Paraguay! Les plénières étaient également l’occasion pour les pays de présenter divers projets lancés par les étudiants en médecine des différents pays. C’était très stimulant d’écouter leur parcours et de saisir la complexité des projets. C’était la partie où je prenais le plus de notes, avide de recueillir des idées qui pourraient possiblement être implanté au Québec. Lors de l’avant-dernier jour, il y avait le National Food and Drink Party (aka le NFDP), le plus gros party de toute Rencontre. C’est l’occasion de goûter à la nourriture et à l’alcool des autres pays et d’en apprécier la diversité. Un des alcools qu’avaient apporté les Brésiliens rappelaient une visite chez le dentiste tellement quelques millilitres étaient suffisants pour que les effets analgésiques fassent effet!

Dimanche, j’étais infiniment triste de quitter ma nouvelle famille. Tout s’était passé en un clin d’oeil, mais en même temps, avec la densité de l’horaire, j’avais l’impression que quelques semaines s’étaient écoulées. J’ai passé la dernière journée à visiter le centre-ville avec mes nouveaux amis péruviens Rodrigo et Luchaza. Et ainsi s’est terminé tout un périple!